m menu image  m home m cart

Avis  [plus]

Il n'y a actuellement aucun avis de ce produit.

Comment Choisir son Drone ?

Comment Choisir son Drone ? (Autonomie, Vol, pilotage, taille, camera)

 

Quel modèle acheter ?

Voilà vous êtes décidé à vous acheter un drone multi-rotors, que ce soit pour vous ou pour offrir, il va falloir cibler vos besoins et vos possibilités.

Il y en a de tailles variés et de tous prix alors comment savoir quel modèle acheter ? Si vous avez déjà un AR Drone sachez que de piloter avec un smartphone ou une tablette n’à rien à voir avec le piloter avec une radio commande.

Si c’est votre premier achat alors optez pour le Mode 2 pour votre radiocommande (le mode 1 étant pour les anciens de l’aéromodelisme) mais en France, le mode 2 est conseillé.

Cibler ses besoins

Tout d’abord si c’est pour faire un cadeau à votre enfant il faut qu’il soit âgé d’au moins 14 ans, en dessous de cet âge il faut oublier (sauf rares exceptions, et drones en intérieur,).

Les grandes questions à se poser :

  1. Quel budget ? Et oui ça ne sert à rien de perdre de votre temps à regarder des multi-rotors haut de gamme si vous avez que 30 € à mettre
  2. Avez-vous déjà piloté un drone ou pas ? Pour un débutant on va pas prendre le même que si on sait déjà piloter.
  3. Avez-vous déjà une radio-commande ? Certains multi-rotors sont vendues en version BNF (sans radio)(voir vocabulaire des drones), ce qui vous permettra de payer moins cher votre drone et également de prendre plusieurs modèles, mais cela implique une compatibilité entre les modèles…
  4. Pour voler dedans ou dehors ? Si c’est uniquement pour voler dans votre maison ou pour voler dehors il ne faudra pas acheter le même
  5. Votre région ? Si vous êtes dans une région venteuse il ne faudra pas acheter un AR Drone par exemple. Si vous êtes dans une région pluvieuse alors réfléchissez bien si il ne vaudrait pas mieux acheter un petit model pour voler en intérieur par exemple, etc.
  6. La photo et la vidéo vous intéresse ? Si vous avez envie de faire de la photo ou de la vidéo de qualité il faudra oublier les modèles bas de gamme et mais vous mettre dans la tête que ça va vous coûter plus cher…
  7. Vous voulez voler en immersion ? Alors là ça implique savoir déjà piloter, il ne faut pas croire que vous allez voler directement en immersion (c’est à dire en regardant soit un écran de contrôle ou au travers de lunettes qui vont retransmettre la vidéo filmée en direct du multi-rotors). Il faur savoir piloter un minimum aupréalable.
  8. etc.

 

Un drone, ça se pilote comment ?

Il existe trois manières de contrôler le vol d’un multirotor :

  • La première est une radiocommande, c’est l’outil le plus classique, hérité du radiomodélisme. Elle fonctionne généralement en 2,4 GHz, avec une technologie de saut de fréquences qui permet d’éviter toute interférence sans se préoccuper de savoir sur quel canal on émet. Les radiocommandes en 2,4 GHz portent à une distance variant entre 20 mètres pour les tout petits modèles et 500 mètres pour des drones plus imposants. Notez que certaines radiocommandes sont à la norme 5,8 GHz pour éviter les conflits avec des caméras WiFi (en 2,4 GHz).
  • La deuxième méthode est le pilotage avec l’aide d’un smartphone ou d’une tablette, via une connexion Wi-Fi. C’est le constructeur français Parrot qui l’a mise au point avec son AR.Drone. Son avantage ? Tout le monde (ou presque) est équipé d’un smartphone et sait s’en servir avec facilité. Les inconvénients ? Le pilotage est imprécis et le Wi-Fi porte à très courte distance, moins de 70 mètres. Attention, les fiches techniques de certains constructeurs indiquent des portées de 100 mètres, parfois beaucoup plus, en Wi-Fi. Sachez que ces valeurs sont très optimistes, et que le moindre obstacle ou parasite porte un coup fatal à la connexion.
    Mais alors que se passe-t-il quand on perd la connexion avec la radiocommande ou le smartphone ? Sur la plupart des appareils, un dispositif appelé « Failsafe » coupe automatiquement les moteurs pour que le drone ne prenne pas le large. Les modèles les plus évolués, dotés d’un GPS, peuvent être programmés pour se poser là où ils se trouvent ou revenir automatiquement à leur point de départ. Une technologie qui s’appelle le RTH (Return To Home).
  • La troisième méthode pour contrôler un drone est la programmation du vol. Seuls les appareils récents et dotés d’un GPS sont capables de proposer cette fonction. Dans la pratique, le logiciel de programmation affiche une carte satellite de type Google Earth. Il suffit d’indiquer les points de passage à l’écran, la hauteur de chacun d’entre eux, pour que le vol se déroule de manière automatique.


Notez enfin que la fonction « Follow me » est une manière de piloter un drone qui viendra s’ajouter aux trois premières. Son principe est simple : l’appareil est programmé pour vous suivre – ou vous précéder, en suivant votre déplacement à la trace. Idéal pour se filmer tout seul pendant une activité sportive ! Techniquement parlant, vous êtes équipé d’un dispositif capable de déterminer votre position GPS en temps réel et la communiquer sans fil au drone. L’inconvénient de la fonction « Follow me », d’ores et déjà implantée sur certains appareils comme ceux à base d’APM ? En l’absence de détecteur de collision, il faut être attentif à ce qu’aucun obstacle ne se trouve sur le chemin du multirotor…

 

Et question autonomie, ça donne quoi ?

Une autonomie de 10 minutes de vol est considérée comme correcte pour un multirotor. En dessous, c’est médiocre. Au-delà de 20 minutes, c'est bien, voir exceptionnelle ! 10 minutes, c’est court ?

Oui, c’est vrai. Mais lorsqu’on est très concentré sur le pilotage – et on est supposé l’être -, ces 10 minutes peuvent paraitre très longues ! La plupart des drones, (exceptés certains modèles de très petite taille) fonctionnent avec des batteries amovibles. Libre à vous d’acheter autant de batteries supplémentaires que votre budget le permet, pour pouvoir voler plus longtemps.

 

Derniers conseils :

  • Si vous n’avez jamais piloté, optez pour une radiocommande en Mode 2. (par défault)
  • Prenez des hélices d’avances, ça ne coûte pas bien chère et pourra toujours servir et surtout ça vous évitera d’être cloué au sol un week-end ensoleillé et sans vent (noté que dans certains modèles une paire d’hélice de rechange est livré d’origine, mais c’est pas forcément suffisant)
  • Pour la plupart des Drones, la durée de vol se situe entre 5 et 10 mn (vous pensez que c’est pas beaucoup et bien pour un hélicoptère radio commandé c’est 5 minutes) donc regardez pour prendre quelques batteries en même temps.
  • Regardez si le modèle que vous avez choisis est livré avec des piles pour la radiocommande car lorsque l’on reçoit et que l’on a pas de pile on est triste…
  • Préférez l’achat dans des boutiques françaises(drone.fr ou autre) si vous êtes en France, ça sera toujours plus simple en cas de panne pour la garantie (et oui, on est pas à l’abris d’une panne)
  • en cas de panne, ne démontez pas, contactez le vendeur avant, sinon vous allez perdre la garantie
  • etc…



Copyright © 2017 Drone.fr